La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

27 juin 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 12 juin 2012

Edito

Réalisme et nouveau modèle

Si mars s’est terminé avec un repli de 2,3 % sur 12 mois, les derniers indicateurs d’avril ne sont pas davantage réjouissants. Six mois consécutifs de baisse des ventes, un climat économique général morose, la fragilité de la zone Euro, conjugués à des conditions climatiques compliquées mêlant gel, grêle, averses et pression cryptogamique doivent nous appeler à la plus grande prudence. Bien entendu, il est trop tôt pour s’inquiéter. Mais restons lucides. Pour ce qui concerne la météo, cela semble se calmer ces jours-ci. Alors croisons les doigts !

Côté vendange, les négociations approchent. Le bureau exécutif initialement prévu mi-juillet a été repoussé au 25 juillet au vue de l’état végétatif de la vigne. A cette date, sauf accident climatique, nous connaitrons le potentiel de récolte. Fort de cette information et des perspectives économiques du second semestre, nous serons à même d’ajuster le niveau de rendement pour la vendange.

Dans tous les cas, sans tomber dans la sinistrose, la prudence et le réalisme devront guider nos décisions. Cette orientation sera d’autant plus légitime qu’en pérennisant définitivement notre « réserve », nous avons aussi pérennisé cette assurance récolte qui donne au vigneron une certaine tranquillité.

Il y a quelques jours enfin, nous avons tenu notre assemblée générale. Y ont été évoqués des dossiers lourds d’enjeux pour l’appellation et pour chacun de nous, notamment la délimitation et les droits de plantation. Ce fut aussi l’occasion de partager une réflexion de fond sur notre modèle champenois alors même qu’autour de nous, tout change et de plus en plus vite. A l’intérieur de la Champagne comme à l’extérieur. Nous n’avons pas d’autres choix que de nous adapter et jusqu’à aujourd’hui, cette faculté d’adaptation est bien ce qui a permis, au vignoble, au SGV et à l’interprofession de rester des acteurs incontournables. Pour y parvenir, il faut accepter de se remettre en question, individuellement et collectivement. A plus court terme, je vous donne rendez-vous courant juillet au cours des cinq réunions de terrain que le SGV va organiser. Nous pourrons y échanger autour des rendements vendange notamment.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page