La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

15 décembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 15 mars 2012

Edito

De la prudence et de l’audace

A l’heure où j’écris ces lignes, les ventes de champagne pour l’année 2011 viennent d’être publiées. Avec 323 millions de bouteilles, les chiffres sont en léger repli par rapport aux estimations de début de vendange, mais sont toutefois en hausse par rapport à 2010. En revanche, nous pouvons être satisfaits de la valeur créée par toutes les familles  : avec une croissance de plus de 7 %, le chiffre d’affaires de la Champagne atteint 4,4 milliards d’euros. Merci aux vignerons qui ont su apprécier leur prix en 2011, comme depuis maintenant plusieurs années consécutives.

Pour 2012, les tendances des premiers mois ne sont pas très réjouissantes. Comme évoqué lors des réunions régionales, le contexte économique est difficile. Pour autant, notre Vignoble dispose de vrais atouts, que nous devons préserver et valoriser.
C’est l’esprit qui a prévalu lorsque nous avons déterminé le thème central de ces réunions syndicales  : l’équilibre interprofessionnel et les dangers qui le menacent.
Cogestion de la filière, foncier, parts de marché  : chacun des trois piliers qui fondent l’équilibre interprofessionnel est actuellement en danger. Bien sûr, certaines menaces s’imposent à nous, tels les aléas économiques. En revanche, notre façon de réagir et notre capacité d’adaptation ne dépendent que de nous.

Rappelons aussi que l’intérêt collectif de la filière champagne est notre priorité. Il impose que les comportements individuels s’inscrivent dans cette logique. Aujourd’hui, dans un monde en crise, si nous sommes en mesure de parvenir à un chiffre d’affaires en hausse de plus de 7 %, nous devons en partie ce succès à ce que nos parents ont su mettre en œuvre. La richesse est partagée grâce à la cogestion de notre appellation, au maintien du foncier, aux exploitants et aux quelque 30 % de parts de marchés conquises par le Vignoble. Il serait dommage - surtout pour nos enfants et petits-enfants - de voir disparaître 50 ans d’efforts en quelques années, à cause de l’engourdissement de nos esprits.
Lors des réunions régionales, les membres du Bureau et moi-même avons rencontré près d’un millier de vignerons, auxquels nous avons délivré ce double message  : prudence dans nos choix et audace dans nos comportements.

Vous le savez, ces réunions régionales étaient aussi l’occasion de renouveler par moitié notre conseil d‘administration. Le taux de participation a approché les 85 % de votants (NDLR  : voir pages 14-15 de cette édition)  ! Un tel niveau de mobilisation est très positif. Il atteste que les vignerons tiennent à la dynamique du Vignoble. Ensemble, il nous faut trouver la riposte aux menaces qui risquent de déséquilibrer notre modèle champenois et les moyens de nous renforcer, comme nos prédécesseurs l’ont fait après-guerre.
D’ici l’été, notre projet Vignoble aura avancé, conjointement à celui mené par l’interprofession, auquel d’ailleurs je vous encourage à participer. [1] Ces deux projets nous permettront de progresser sur des pistes à même de nous donner des objectifs pour le futur.

Enfin, je profite de cet édito pour remercier tous ceux et toutes celles qui, dans les sections locales, se sont mobilisés autour des représentations théâtrales «  Les raisins de la révolte  ». Grâce à eux, ce fut un succès puisque cette pièce a passionné près de 900 vignerons, qui ont pu partager l’histoire champenoise et même s’enthousiasmer autour des valeurs collectives… Qui a dit que l’histoire n’était qu’un éternel recommencement  ?


[1] Pour participer au projet «  Champagne 2030  », il suffit de se rendre sur le site www.champagne.fr et de répondre aux questionnaires en ligne sur l’extranet de ce site.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page