La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

16 décembre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Edito
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 25 mai 2011

Edito

Droits de plantation :la mobilisation monte d’un cran

L’Allemagne et la France s’étaient déjà prononcés de façon officielle contre la libéralisation des droits de plantation. Quelques jours après le colloque organisé sur ce thème, début avril, au Sénat, l’Italie, la Hongrie et l’Autriche se sont à leur tour prononcés [1]… Mieux, à l’heure où nous mettons sous presse, quatre nouveaux États rejoignent nos positions : Chypre, le Luxembourg, le Portugal et la Roumanie.

Cela porte donc à 9 le nombre d’États européens formellement opposés à la libéralisation des droits de plantation. 9 États qui constituent désormais une minorité de blocage.

Pour acter leur position, les 9 ministres de l’Agriculture de ces pays viennent de cosigner et d’adresser un courrier explicite en ce sens au Commissaire européen Dacian Ciolos.

Au-delà du contenu de cette lettre, la démarche est inédite et devrait favoriser la mobilisation d’autres États.

Tout ceci démontre que le travail de lobbying mené par les organisations professionnelles de la filière commence à porter ses fruits. C’est encourageant  ! Je reste en revanche plus sceptique sur la position du négoce européen.

Cela dit, le chemin est encore long jusqu’en 2015, date fatidique de la libéralisation des droits de plantation. Il ne faut donc relâcher ni nos efforts ni notre investissement. La mobilisation grandissante des pays commence à faire douter les députés européens du bien-fondé de cette libéralisation trop vite adoptée en 2008 ! Restons sur le pied de guerre. Surtout en Champagne…

Autre sujet de préoccupation du SGV : la réserve individuelle. Suite aux présentations faites en réunions régionales et lors de l’assemblée générale, tous les vignerons se sont montrés attachés à la nécessité du maintien de la RI. Je ne reviendrai donc pas sur les fondements.

Nous sommes encore en pleine négociation avec l’Inao et les ministères de l’Agriculture, de l’Économie et celui du Budget. Les discussions vont bon train pour obtenir, dans les 2 mois qui viennent, le nouveau système de réserve individuelle que nous pourrions mettre en œuvre pour la prochaine vendange. Ce qui nous fait avancer, c’est bien sûr l’impérieuse nécessité de réussir à sauvegarder la RI. Nous reviendrons en détails sur le mécanisme obtenu dans La Champagne Viticole dès que possible.

L’avancée de la végétation et les gelées que nous subissons chaque matin nous montrent l’utilité de ce dispositif d’assurance individuelle, même si nous espérons bien sûr ne jamais devoir nous en servir… ou le plus rarement possible  !


[1] Voir article à ce sujet page 33 de cette édition.

Pascal Férat, Président du SGV

Haut de page