La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 octobre 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Du 5 au 20 janvier 2010
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 4 décembre 2009

Parution du mois

Du 5 au 20 janvier 2010

En janvier 2010, 3,2 millions d’adhérents MSA éliront leurs représentants, dont près de 87000 dans la Marne, les Ardennes et la Meuse. Il s’agit une nouvelle fois de démontrer l’attachement du monde agricole à son régime de protection sociale.

Afin de préserver le milieu rural et agricole, les élus MSA se mobilisent pour faire vivre leur territoire. Ils se font le relais de la population vers l’Institution. Ce réseau constitue le socle de la MSA, soucieuse d’agir au plus près des attentes et besoins du terrain. L’action de la MSA vise en effet l’ensemble du milieu rural, et pas seulement ses adhérents. Un taux de participation élevé confirmera l’attachement des assurés MSA à leur régime de protection sociale et, confortera le poids du régime agricole auprès des pouvoirs publics. Le résultat des élections de janvier 2010 traduira l’adhésion de la population agricole au régime de protection sociale qu’elle a développé.

Exploitant, salarié, employeur ou retraité du régime agricole, le délégué MSA s’intéresse aux questions sociales et à la vie de son territoire. Relais entre la MSA et ses ressortissants, il reçoit des informations de façon privilégiée, par le biais de sessions de formation et de réunions d’information, ce qui lui permet d’orienter les adhérents. A l’inverse, il fait remonter les besoins des ressortissants, pour que les services de la MSA concernés agissent.

Grâce à des élus bien organisés en réseau, formés et actifs dans les différentes instances sanitaires et sociales, la voix de la MSA se fait entendre. Cette présence, reconnue sur le terrain, lui permet de faire valoir les intérêts de ses adhérents en étant associée aux différentes actions menées.

Vote par correspondance

Fort du succès du précédent scrutin, les élections MSA 2010 se dérouleront par correspondance, du 5 au 20 janvier 2010. Les plis seront par la suite dépouillés au siège de chaque caisse de MSA, à qui incombe l’entière responsabilité de l’organisation des élections.

Les électeurs répartis en trois collèges
1er collège  : exploitant ou chef d’entreprise agricole non-employeur de main-d’œuvre.
2e collège  : salarié.
3e collège  : chef d’exploitation ou d’entreprise employant de la main-d’œuvre à titre permanent.

Les dates à retenir
Lundi 14 décembre 2009  : publications des candidatures.
Du mardi 5 au mercredi 20 janvier 2010  : vote par correspondance.
Mardi 26 janvier 2010  : dépouillement.
Mardi 2 mars 2010 : assemblée générale élective.

Faire entendre sa voix, sous l’œil des pouvoirs publics

François Gin, directeur général de la caisse centrale de la MSA, souligne l’enjeu de ces élections qui ont connu un fort succès en 2005, avec un taux de participation de plus de 50 %. « Nous devons nous montrer très déterminés à obtenir un taux de participation élevé, afin de réaffirmer que nous vivons un mutualisme actif, partagé par tous, lisible et visible et qui est donc compris comme une force réelle.
La participation de chacun sera scrutée et évaluée comme force de mobilisation du monde agricole, particulièrement par les pouvoirs publics et nos représentants parlementaires. Ces derniers votent les lois de la protection sociale ».

Elu MSA du canton de Versy, Eric Lacour témoigne

Assis à son bureau de bois clair, Eric Lacour, 44 ans, les yeux pétillants derrière ses lunettes, évoque pour La Champagne Viticole son parcours d’élu MSA du canton de Verzy.

« La curiosité, tout simplement », c’est ce qui l’a motivé a se présenter aux élections MSA. « Quand on paye autant, on veut savoir ce qui est fait avec cet argent », poursuit-il en évoquant les cotisations…
Eric Lacour, récoltant manipulant, réside à Rilly-la-Montagne où il exploite des vignes avec son épouse. Administrateur du Groupe des Jeunes au SGV il y a quinze ans, il choisit, parmi les diverses représentations proposées, celles de la MSA. Ce sera son premier mandat de délégué « pour découvrir un peu l’organisation », précise-t-il. En effet, il s’est installé alors que les cotisations étaient basées sur le revenu cadastral, et il a connu « le choc de la réforme et son implication économique ». L’assiette des cotisations était désormais basée sur le revenu. Au-delà des cotisations, Eric Lacour découvre ce qu’il appelle le « rôle social de la MSA », autant dans son rôle d’accompagnement en santé, retraite et famille, que pour les employeurs de main-d’œuvre avec la prévention des accidents. Au cours des deux derniers mandats, Eric Lacour, devenu président de l’échelon local de Verzy, avec les élus délégués du canton, a été à l’initiative d’actions de « sécurité au vignoble » et d’actions de « sécurité en cave ».

Faire remonter l’information

Pour lui, l’élu MSA fait le lien entre ce qu’il y a à découvrir de la MSA, c’est-à-dire l’aide et les conseils, la prévention de la santé au travail, et les exploitants, viticulteurs, ou employeurs de main-d’œuvre et la population rurale. Les élus sont un relais pour dire les choses et les faire remonter, « quand on a la chance de discuter et d’avoir un organisme proche, il faut le dire ». Eric Lacour a d’ailleurs suscité l’étonnement et l’envie d’un entrepreneur du bâtiment lorsqu’il lui a dit que seuls quelques documents administratifs suffisaient à un seul organisme pour toutes les cotisations…
Pour les prochaines élections, Eric Lacour se représente. Selon lui, le monde viticole doit être représenté, et bien représenté, car les viticulteurs ont un poids « contributaire important » et ont des idées à faire valoir.

En images


  • Eric Lacour


Haut de page