La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

22 octobre 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Droits de plantation : les premières propositions de la Commission
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 25 septembre 2012

Droits de plantation : les premières propositions de la Commission

Face au mécontentement des professionnels et sous la pression des Etats membres producteurs et du Parlement européen, la Commission européenne a proposé lors de la 3ème réunion du groupe de réflexion à haut niveau (GHN) le 21 septembre à Palerme (Sicile) un nouveau système de gestion des plantations. Ce système qui serait basé sur…

… la liberté totale de planter des vins sans indication géographique (VSIG) sur l’ensemble du territoire est catégoriquement rejeté par EFOW. La méthode employée par la DG AGRI est elle aussi critiquée. Il reste désormais moins de deux mois à la Commission et aux Etats membres pour s’entendre sur une solution satisfaisante. Lors de la 3eme réunion du GHN sur les droits de plantations la Commission européenne a fait un premier pas en proposant un nouveau système de gestion des plantations. Ce système repose sur le principe de la liberté de planter et non plus sur la régulation et propose de différencier les différentes catégories de vins. D’un côté liberté totale de planter du VSIG sur l’ensemble du territoire de l’UE et de l’autre de laisser la possibilité aux professionnels en charge de la gestion des AOC et IGP de réguler ou pas. « Il n’y aurait rien de pire que de prévoir un régime différent entre les vins AOC/IGP et les VSIG. Cela n’a aucun sens car on produit partout aujourd’hui les trois types de vins. La solution proposée conduirait à un développement incontrôlé de la production de VSIG et à une industrialisation du secteur. Quant aux vins AOC et IGP, ils deviendraient une réserve d’indiens ! » a déclaré à l’issue de la réunion Riccardo RICCI CURBASTRO, président d’EFOW et Bernard FARGES, président de la CNAOC. EFOW est aussi critique sur la méthode et reproche à la DG AGRI son absence de transparence. « Nous sommes surpris du décalage important entre la bonne volonté affichée par la Commission au cours de la réunion et la méthode pratiquée qui consiste à communiquer sur une solution alors qu’elle n’a pas été présentée dans le détail au GHN » a ajouté Riccardo RICCI CURBASTRO. Il reste moins de 2 mois - la dernière réunion du GHN aura lieu le 23 novembre - à la Commission et aux Etats membres pour s’entendre sur une solution satisfaisante à entériner dans la réforme de la PAC en cours. Rappelons que les Etats membres producteurs défendent de leur côté un autre système de gestion des plantations basé sur la régulation de tous les vins. Les professionnels espèrent que le bon sens l’emportera et que les Etats membres et le Parlement européen seront enfin entendus. Ils annoncent d’ores dans les prochaines semaines avec les élus territoriaux des actions de mobilisation des vignerons et de sensibilisation du grand public.



Haut de page