La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

20 août 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Des vins prometteurs
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 26 avril 2010

Parution du mois

Des vins prometteurs

De l’avis des œnologues champenois, les vins issus de la récolte 2009 semblent aujourd’hui s’imposer comme d’excellents vins d’assemblages. Ils devraient permettre de proposer aux consommateurs des bruts sans année de très bonne qualité, en assemblage notamment avec les vins de 2008. C’est ce que met en évidence la dégustation des vins clairs organisée en février par l’union régionale des œnologues. Cette dégustation permet à la fois de revenir sur la dernière récolte et de se projeter sur les promesses des vins à venir.

Le millésime du siècle  ! C’est ce que les langues les plus alertes s’étaient empressées de véhiculer quelques jours à peine après que les premiers raisins aient été cueillis lors des vendanges 2009  ! Prudents par nature, les œnologues avaient rapidement indiqué qu’il fallait attendre pour se prononcer. Et bien, c’est chose faite, puisque mardi 23 février dernier, l’union régionale des œnologues organisait sa traditionnelle et attendue dégustation des vins clairs au sein des prestigieux locaux de la maison Mumm à Reims.
A cette occasion, Vincent Malherbe annonçait son intention de ne pas renouveler son mandat de président  : « Je souhaite laisser la place à des jeunes. Il est important qu’ils s’expriment  ! Bien entendu, je continuerai à m’investir pour notre union, elle est aujourd’hui riche de sa diversité ». Quelques jours après cette dégustation, le 10 mars, était nommé le nouveau président en la personne de Jean François Perrot-Minnot, œnologue à Vertus.

Comme chaque année, trois œnologues, issus d’horizons différents, ont accepté de livrer à chaud leurs impressions à l’issue de la dégustation. Ainsi, Alain Pailley, de la maison Alexandre Bonnet dans l’Aube, Gilles Marguet, directeur de l’Union des propriétaires récoltants (UPR) au Mesnil-sur-Oger, et Charles-Henri Hubert, vigneron à Ambonnay, se sont prêtés au jeu, qu’ils en soient remerciés.

Charles-Henri Hubert, vigneron à Ambonnay
« Des assemblages pleins de promesses »

« Pour moi, les chardonnays sont plutôt linéaires, ainsi j’ai retrouvé un côté agrumes dans le Sézannais, que je trouve vraiment intéressant. Dans la Côte des blancs, et notamment les vins du Mesnil-sur-Oger et d’Avize, ce qui domine, c’est essentiellement le côté minéral. Le meunier est quant à lui très complexe et c’est à mon avis le cépage qui s’est le mieux exprimé cette année. Ainsi, j’ai dégusté ce soir un vin de Charly-sur-Marne très flatteur. Les pinots noirs sont un peu moins aromatiques qu’en 2008  : on y retrouve beaucoup de gras, même beaucoup de rondeur sur les vins issus notamment des terroirs de Bouzy et Aÿ. Mais, je considère qu’ils sont un peu moins expressifs que les années précédentes.
2009 restera une très belle année, permettant de réaliser des assemblages pleins de promesses avec des vins de réserve de 2008 et 2007. Au final, cela donnera des vins d’excellentes compositions pour 2011. Pour les cépages, ce qui est marquant c’est la grande variabilité contrairement à 2008, où l’on se trouvait face à plus d’homogénéité.
Alors 2009, un millésime  ? Ce sera un très bon millésime, même si je pense qu’il pourrait manquer d’un peu de complexité et de vivacité. En revanche, il est certain qu’il fera un très bon vin d’assemblage. »

Charles-Henri Hubert exploite 7,5 ha à Ambonnay. Il est récoltant-coopérateur et gérant de son exploitation. Il a été élu en juillet dernier au conseil d’administration du SGV.

Gilles Marguet, directeur de l’UPR au Mesnil-sur-Oger
« Un millésime de patience »

« 2009 est pour moi une grande année, où l’on a pu se faire plaisir. Est-elle meilleure que 2008  ? Pour les chardonnays, une légère amertume type blanc de pamplemousse sera une caractéristique de l’année, mais elle s’estompe au fil du temps, gommée par le gras du vin. Il est clair que cela donnera de très bons vins d’assemblages. Pour les millésimes, il faudra être rigoureux sur la sélection car, selon moi, il y a un décalage entre l’aspect visuel du raisin, très chlorophyllien, et le vin. Le côté impeccable à l’œil des raisins sur les quais ne doit pas prendre le pas sur l’évolution probable des vins qui, déjà en trois ou quatre mois, ont révélé beaucoup de choses. Selon moi, la qualité est assez resserrée  : la fraîcheur des meuniers est surprenante, sur les chardonnays et les pinots, le gras vient agir sur la qualité et asseoir le côté gourmand du vin.
Il faut aussi rappeler que les vins dégustés ce soir ont été « faciles » à faire car ils étaient « bien nés »  ! En effet, grâce à la superbe météo de septembre dernier, les vignes ont bénéficié d’un fort ensoleillement et de très peu de pluie… Il faut souligner aussi l’effort fait sur l’ouverture des vendanges, qui confirme l’importance d’attendre pour obtenir une bonne maturité  ! C’est ce que l’on pourrait qualifier «  un millésime de patience ». Je suis assez d’accord pour dire que des assemblages avec les vins de 2007 et 2008 seront très bien. Et pour l’avenir, on aura de bons vins de réserve, c’est particulièrement rassurant pour les assemblages futurs. »

L’Union des propriétaires récoltants (UPR) est située au Mesnil-sur-Oger : 300 ha, 565 adhérents, 120 000 bouteilles expédiées dont 40 % à l’export (Royaume- Uni et USA). Marque champagne Le Mesnil.

Alain Pailley, chef de cave chez Alexandre Bonnet aux Riceys
« Des vins francs prometteurs »

« Je suis surpris par cette dégustation car l’ensemble est vraiment très agréable. Si je suis plus sensible aux chardonnays parce que je les connais moins, les vins sont en tout cas francs, un peu hétérogènes au niveau des cépages et des secteurs, même si la qualité reste très bien. J’estime moi aussi que les vins de 2009 seront intéressants à assembler avec ceux de 2008. Pour les raisins récoltés en début de vendange, cela donne des vins avec plus d’attaque. J’espère juste que ces vins ne vieilliront pas trop vite, qu’ils resteront de bons vins de réserve. Ainsi, nous obtiendrons de très bons BSA (bruts sans année). Je pense que pinots noirs et chardonnay seront très complémentaires. Toutefois, attendons la fin des fermentations malolactiques pour se prononcer définitivement sur l’évolution de ces vins. »

Alexandre Bonnet appartient au groupe BCC depuis décembre 1998. La maison exploite 45 ha aux Riceys. 600 000 bouteilles expédiées dont 50% à l’export (notamment en Europe du Nord, Royaume-Uni et Belgique).

Nathalie Costa

En images


  • Alain Pailley


  • Charles-Henri Hubert


  • Gilles Marguet


Haut de page