La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

20 août 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Champagne du Rédempteur à Venteuil
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 5 janvier 2012

Parution du mois

Champagne du Rédempteur à Venteuil

De nombreux événements et opérations ont rythmé l’année autour de la commémoration des révoltes de 1911 en Champagne : randonnées pédestres, pièces de théâtre, expositions… Mais, l’une d’entre elles revêt un caractère particulier par son enracinement dans cette histoire.

À Venteuil, Claudy Dubois, arrière-petite-fille de celui que l’on appela « le Rédempteur », s’est lancée corps et âme dans cette célébration. « J’ai pour habitude de dire que des Dubois il y en a beaucoup en Champagne, mais un Rédempteur, il n’y en a qu’un ! » lance-t-elle. En effet, Edmond Dubois est la figure clé de la révolte des vignerons dans la Marne. Meneur avec son ami Lagache, il s’était très vite indigné de l’injustice faite aux vignerons quant à l’achat de raisins en dehors de la Champagne. À la suite des débordements à Aÿ et Damery, Edmond Dubois sera arrêté et emprisonné 3 mois durant. Moment douloureux, particulièrement à cette époque. Mais, sa force de caractère pousse le vigneron, une fois libéré, a créé sa propre marque « Champagne du Rédempteur ».

« Au-delà du week-end du 8 mai au cours duquel la commune de Venteuil avait déposé une plaque commémorative, j’ai souhaité poursuivre l’aventure, et la partager » déclare Claudy Dubois. Ainsi, grâce au travail considérable assuré par Gérard Munier, ancien instituteur du village, une exposition inédite prendra forme sous l’impulsion de la section locale du SGV. « Journaux originaux, photos, cartes postales ont été apposés sur des panneaux organisés de façon chronologique. Mon ambition était de faire de tout cela un support pédagogique. En complément de cette exposition, nous avons eu l’idée de proposer une conférence animée par M. Munier. J’ai convié beaucoup de monde à ces journées  : mes clients français et étrangers, les habitants de Venteuil et des environs, mes fournisseurs mais aussi plus largement tous ceux qui s’intéressent à notre histoire. Et je n’imaginais pas que nous aurions un tel succès ! En particulier, la plupart des clients, dont des Allemands, des Belges ou des Italiens, ne connaissaient pas l’histoire de la Champagne, ont été très surpris de découvrir la situation des vignerons il y a un siècle et leur capacité à se regrouper pour réagir. Ils avaient plutôt en tête l’image prestigieuse véhiculée par notre appellation et c’est bien normal ! » précise Claudy Dubois. On décèle vite chez Claudy un attachement viscéral aux racines, à l’importance du sens collectif et une incroyable passion pour son métier !

« Bien sûr mon mari m’a beaucoup aidé dans la mise en œuvre de ce projet, et j’ai tenu aussi à intégrer mes deux fils de 18 et 23 ans (même si on dit souvent que les jeunes ne s’intéressent à rien) et les salariés qui travaillent avec moi. Ils ont été ravis au final de m’aider sans compter leur temps. Nous avons découvert des trésors dans les archives, et nous avons aussi retrouvé les descendants de la famille de Lagache, l’ami de mon arrière-grand-père. Les liens se sont reconstruits si vite, comme en hommage à l’amitié entre ces deux hommes il y a 100 ans  ! Ce fut des moments inoubliables d’autant que j’ai été très bien entourée » reconnaît-elle. Au-delà de cette célébration, Claudy Dubois caresse des projets ambitieux : « Si en 2011, j’ai consacré du temps et de l’énergie à 1911, j’ai pas mal de projets pour 2012. Ainsi, nous allons nous lancer sur le marché japonais ». Là aussi, Claudy explique que c’est une aventure humaine : « j’y étais allée quand j’avais 20 ans car j’ai un cousin là-bas. À travers, des relations, j’ai accueilli plusieurs années de suite des étudiants avec leur professeur de français, M. Osaki. Cela fait plusieurs années que ce dernier m’invite dans son pays alors j’ai décidé d’y aller l’année prochaine, avec mon fils. Ce sera un nouveau défi de voir comment nous pouvons exporter notre champagne ! »

Parallèlement aux manifestations de 1911, France 3 est venue l’interviewer. « Ils souhaitaient réaliser un documentaire sur les femmes vigneronnes en Champagne qui sera diffusé dans les prochaines semaines ! ».

Et « parce que je crois beaucoup à l’œnotourisme, j’ai ouvert un gîte juste en face de la maison. On ne vend pas uniquement du champagne », rappelle-t-elle. « Mon moteur, c’est l’humain. Dans le contact avec les visiteurs, il y a la chaleur et tellement de partage, cela compte beaucoup pour moi ! ».

Nathalie Costa

En images


  • Claudy Dubois entourée de ses 2 fils et de son père


  • Redempteur


Haut de page