La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

23 juillet 2017 accueil Accueil >  Le dernier numéro  > Candidature Unesco : une passerelle supplémentaire vers l’excellence
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Le dernier numéro

Article publié le 19 février 2014

Parution du mois

Candidature Unesco : une passerelle supplémentaire vers l’excellence

L’inscription des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne au Patrimoine mondial de l’Unesco est très bien accueillie par le monde viticole. Fruit d’un travail long et patient, elle doit participer, notamment, à un élan collectif supplémentaire en faveur de l’accueil touristique et de la croissance économique.

« On s’y attendait un peu en raison de quelques fuites provenant de cabinets ministériels ». Mais tout de même ! Pierre Cheval, président de l’association Paysages en Champagne, a laissé éclater sa joie au moment de l’annonce officielle du ministère de la Culture. « Je pense à tous ceux qui travaillent sur ce dossier depuis huit ans, aux élus champenois dont le soutien a été sans faille et aux experts qui ont contribué à porter le dossier. » Sans compter les entreprises, les grands mécènes et les 50 000 ambassadeurs qui ont soutenu cette candidature. « C’est l’union de toutes les forces vives de la Champagne qui nous a permis de décrocher cette inscription. On peut parler d’une première grande victoire d’étape », lance Pierre Cheval. Une étape semée de cols de premières catégories, de faux plats, de courses contre la montre. « On y a mis le temps, les moyens et la conviction. »

L’affaire de tous

Pour rester dans la métaphore sportive, on peut dire que la première place du championnat national est gagnée. Reste désormais à jouer la Coupe du Monde. « Nous allons nous retrouver face à des poids lourds. Il va falloir continuer à travailler, peaufiner notre dossier, y apporter peut-être des améliorations. Et être à la hauteur de notre inscription.  »
Pour Pierre Cheval, il reste à faire un travail diplomatique et d’accompagnement du dossier. « Nous avons à constituer, en lien avec les professionnels et les élus du territoire, la structure de gestion qui, en Champagne, va suivre l’évolution des choses sur le territoire, encourager les initiatives, donner des exemples, chercher des financements, donner du corps à cette inscription et rendre périodiquement des comptes à l’Unesco. »

Pascal Férat, président du SGV, partage cette analyse. « La seconde étape va être encore plus difficile. Nous devrons montrer qu’il existe un réel engouement autour de cette inscription et un désir de partage. Les six à huit mois qui viennent vont être déterminants. Chacun d’entre nous doit être un ambassadeur de cette candidature. » Le Syndicat va bien sûr totalement s’impliquer dans cette action mais il faudra attendre l’élection du nouveau Bureau, le 20 février, avant de prendre les décisions qui s’imposent. Et ce dossier est aussi l’affaire de l’ensemble de l’interprofession.
Fabrice Pouillon, vigneron à Mareuil-sur-Aÿ, voit d’un bon œil cette inscription. « Elle va renforcer la dimension internationale de la Champagne. J’en attends presque plus en interne qu’en externe », commente le jeune récoltant-manipulant. « Ce classement peut nous encourager à préserver encore plus notre environnement et notre cadre paysager. L’inscription ne peut que nous tirer vers le haut.  »
Cyril Janisson, qui appartient à la cinquième génération de vignerons sparnaciens, est sur la même longueur d’ondes. « On ne parlait que de cela lors de la Saint-Vincent de l’archiconfrérie à Épernay, le 18 janvier dernier. C’est, pour toutes les familles du champagne, une chance incroyable. »

QUEL CALENDRIER POUR LES MOIS À VENIR ?
L’Unesco travaille toujours avec une année d’avance. Le dossier de la Champagne sera examiné lors de la session de l’été 2015 en Allemagne, vraisemblablement à Bonn. D’ici là, des experts scientifiques internationaux (historiens, géographes, spécialiste du patrimoine) vont passer la Champagne au peigne fin. Ils vont vérifier la crédibilité du dossier, visiter des lieux, demander des compléments d’informations. Leur rapport sera examiné en Allemagne lors de la 39e session du comité de l’Unesco. « Il est très important d’accompagner le travail diplomatique afin d’être au plus près des attentes du comité. C’est la raison pour laquelle nous allons créer une structure dont il reste à inventer les missions », explique Pierre Cheval.
Le label ne pourra donc être décerné qu’à l’été 2015. En attendant, les Champenois vont suivre avec beaucoup d’attention les travaux conduits par le comité, l’été prochain à Doha, où se déroulera la remise des labels pour 2014.
Jean Batilliet

En images


  • Coteaux historiques d’Aÿ (Marne) © M. Jolyot - collec. "paysages du champagne"


  • Le "pain de sucre" (Aube)


  • Les caves du champagne Morize (Aube) © M. Jolyot - collec. "paysages du champagne"


  • Taille de vignes © A votre image


Haut de page