La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

24 octobre 2017 accueil Accueil >  Actualité  > Bernard Farges élu à la présidence de la CNAOC
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 15 novembre 2011

Bernard Farges élu à la présidence de la CNAOC

Le 15 novembre 2011, le vigneron girondin Bernard Farges, Président du Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieurs, a été élu à la Présidence de la CNAOC. La réforme de la PAC, qu’il qualifie de « l’un des plus gros défis pour notre secteur », sera un des grands dossiers de son mandat.

Bernard Farges succède à Pierre Aguilas à la présidence de la CNAOC. Lors de l’Assemblée générale de la Confédération qui s’est tenu le 15 novembre 2011 à Paris, le viticulteur bordelais a été élu pour un mandat de 3 ans. Agé de 46 ans, Bernard Farges est un homme d’action, Président du Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieurs et Vice Président de Vin & Société. « Disons le une bonne fois pour toutes et nous gagnerons du temps, la réforme de la PAC est aussi celle de la viticulture. » Par ces mots, dès les premiers instants de son discours, le nouveau président de la CNAOC a placé la viticulture au centre des discussions de la prochaine PAC. Rappelons que la Commission souhaite exclure la viticulture du champ de négociation. Bernard Farges est revenu longuement sur la disparition des droits de plantation au 1er janvier 2016. Il a regretté que les négociations en vue de parvenir à une majorité qualifiée au Conseil ne progressent pas. « La France a les moyens avec l’Allemagne de réunir une majorité autour de leurs positions, nous jugerons donc aux actes ! ». Le nouveau président a rappelé ensuite que la CNAOC était « opposée aux paiements directs dans le programme d’aides viticoles car l’avenir repose plus sur la reconquête des marchés, l’investissement et l’amélioration de la qualité que sur des aides très faibles aux revenus. ». Le Président a aussi fait du fonctionnement de l’INAO et de la place du vin dans la société deux sujets capitaux de son mandat. Il a précisé que la CNAOC doit « aider l’INAO à retrouver de la crédibilité auprès des professionnels ». Enfin, Bernard Farges n’oublie pas la défense du produit vin et précise que la CNAOC continuera à soutenir les politiques de santé basées sur la lutte contre les abus et s’opposera à toute augmentation de la fiscalité.



Haut de page