La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

19 août 2017 accueil Accueil >  Actualité  > 3000 bouteilles de faux champagne détruites
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Actualité

Article publié le 11 janvier 2008

3000 bouteilles de faux champagne détruites

Le 8 janvier dernier, les autorités douanières belges ont procédé à la destruction de 3 288 bouteilles de vin mousseux américain frauduleusement étiquetées Champagne découvertes dans le port d’Anvers.
Ces bouteilles, à destination du Nigeria, comportaient la mention « California champagne » et « André Champagne Cellars », qui désigne le producteur du vin mousseux. Immédiatement informé, le Comité interprofessionnel du vin de Champagne a confirmé que ces vins ne bénéficiaient pas de l’appellation d’origine contrôlée Champagne et ne pouvaient donc pas légalement comporter Champagne sur leur étiquetage.

Dans l’Union européenne, comme dans la plupart des pays du monde, l’appellation Champagne est efficacement protégée. Toutefois, quelques rares pays n’accordent pas le statut d’indication géographique au Champagne. C’est le cas des Etats-Unis d’Amérique.
Dans ces pays, les vins mousseux peuvent comporter le nom « Champagne » mais leur importation dans les pays qui reconnaissent et protègent l’appellation est interdite. C’est dans ce cadre que les douaniers belges sont intervenus.
Pour éviter une procédure judiciaire, le propriétaire des vins a accepté d’abandonner la marchandise et d’en supporter les frais de destruction.
A l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue le 10 janvier au siège de l’Organisation Mondiale des Douanes à Bruxelles, Bruno Paillard, négociant représentant le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), a souligné que « ce coup de filet des douaniers belges est particulièrement important, il rappelle que Champagne est un nom protégé qui ne peut désigner que les vins de notre région, la Champagne ».

14 000 bouteilles détruites en Europe

Bruno Paillard a ajouté que « depuis l’entrée en vigueur de la réglementation européenne, les douaniers de toute l’Europe ont bloqué et fait détruire à 11 reprises des contrefaçons de champagne, représentant plus de 14 000 bouteilles provenant de nombreux pays, tels que l’Argentine, la Russie ou encore l’Arménie ».
Tous les intervenants ont enfin insisté sur l’importance, pour la Belgique, pour la France et pour l’ensemble de l’Union européenne, des indications géographiques qui sont à la fois la propriété et la fierté des producteurs, un patrimoine culturel irremplaçable et une garantie d’authenticité et de qualité pour les consommateurs. C’est la raison pour laquelle « les vignerons et les maisons de champagne luttent vigoureusement pour que soit reconnue et protégée l’appellation Champagne à travers le monde et, en particulier, aux Etats-Unis », a conclu Bruno Paillard.


Informations compl�mentaires :

Pour toute information, contacter Daniel Lorson – CIVC – 03.26.51.19.30


Haut de page