La Champagne Viticole Candidature UNESCO

 

19 août 2017 accueil Accueil >  Unesco et Champagne  > 1887 - 2009 : la Champagne, fidèle à elle-même
Pique-nique chez le vigneron indépendant • Arocu : "les notes florales et fruitées dans les vins de Champagne" • Jeunes talents du champagne : inscription avant le 30 mai • Concours européen des ambassadeurs du champagne : les inscriptions sont ouvertes ! • 30 mai : prêts pour la Champenoise ? • Centenaire 14-18 : concert à Ville-sur-Tourbe • Vert-Toulon : randonnée le 1er mai • Exposition : des éventails "esprit de champagne" • Concours d'Epernay des champagnes du vignoble : une nouvelle catégorie ! • L'AG du SGV : mardi 14 avril au Millésium
R�duire la taille du texte Agrandir la taille du texte Imprimer cette page

Unesco et Champagne

Article publié le 17 novembre 2009

1887 - 2009 : la Champagne, fidèle à elle-même

A l’occasion de la dernière assemblée générale de la Villa Bissinger, l’association « Paysages du champagne – Unesco » a présenté une étude faisant un parallèle entre les paysages de 1887 et ceux de 2007. Source principale de ce travail : des croquis d’époques réalisés par Fernand Cornu et retrouvés dans les archives de la maison Veuve Cliquot.

A première vue, le résultat est bluffant  ! Depuis 120 ans, force est de constater que les paysages de la Champagne ont peu changé. Plus de bâtiments ici, plus de vignes là, mais pas de bouleversement.
«  L’idée nous est venue lorsque nous avons retrouvé les croquis de Fernand Cornu dans les archives de Veuve Cliquot, relève Caroline Baudez, chargée de mission pour l’association «   Paysages du champagne – Unesco   », et responsable de l’étude. Il en existe représentant Avize, Reims, la Vallée de la Marne rive gauche et la Vallée de la Marne rive droite. Nous avons donc profité de l’occasion pour dresser un parallèle entre les deux époques et, effectivement, on remarque qu’il y a peu de changement   ». L’érosion prend du temps et la Champagne a su garder ses valeurs de terroirs. Ceci expliquant cela, certaines zones ont très peu changé.
Mais, outre l’évident intérêt historique de l’étude, un des aspects intéressants réside dans le mystère qui entoure les croquis de 1887. «  Nous ne savons absolument rien de Fernand Cornu, si ce n’est qu’il a réalisé, en plus de ces dessins, une carte du vignoble champenois en 1883, assure Caroline Baudez. Nous savons que les documents dont nous disposons ont été édités par les imprimeries Bonne Dame, et qu’il en existe différents exemplaires. Un vigneron a d’ailleurs apporté les siens lors de la présentation de l’étude mais lui non plus ne sait pas comment il les a eus en sa possession   ».
Mystère et intérêt historique  : le parfait cocktail d’une étude fascinante dont La Champagne Viticole vous livre ici quelques éléments.

La Villa Bissinger déborde de projets

«  2008 s’est très bien passé. Nous n’avons connu aucun ralentissement de l’activité  ». Etienne Monet, directeur de la Villa Bissinger, Institut international des vins de Champagne, aurait-il vu sa structure passer entre les gouttes de la crise  ? Pas tout à fait  : «  en 2009, les entreprises ont moins répondu présent aux offres de séminaires. Mais il y a toujours des curieux, et la formation professionnelle se porte très bien   ». Bref, pas de problème de ce côté-ci  : la Villa Bissinger se porte comme un charme. Et regorge de projets. «  Au niveau culturel, nous sommes dans une année un peu charnière, poursuit le directeur. Nous préparons quelque chose pour la fin 2010, un événement proche de «  La cantate de la cave  » au niveau de la forme, mais autour de la dégustation. Peut-être quelque chose d’un peu décalé, voire délirant.   »
En attendant cette curiosité, la Villa a noué un partenariat avec la chaire Unesco sur le champagne de l’université de Dijon. Ensemble, les deux structures ont lancé un programme de recherche 2009-2011 sur la création de la Champagne viticole. Dans ce cadre, seront organisés deux colloques internationaux, des expositions itinérantes ou encore des conférences ouvertes au grand public, gratuites.
La première de ces conférences a été animée par Patrick Demouy, de l’université de Reims Champagne-Ardenne, sur le thème «  vigne, vin et abbayes en Champagne au Moyen-âge  ». Elle s’est tenue à la Villa Bissinger, à Aÿ, le 15  octobre, ainsi qu’à la mairie de Bar-sur-Aube le 20  octobre.
La programmation complète des événements organisés dans le cadre de ce programme de recherche est disponible à l’adresse http://www.u-bourgogne.fr/chaireune….

Par ailleurs, la Villa Bissinger poursuit ses travaux de recherche en sciences humaines autour de la vigne et du vin de Champagne. Cette année encore, des étudiants boursiers, récompensés par le conseil général de la Marne auront apporté leur concours en encadrant ces travaux.
Parmi eux, ont été récompensés Yves Tesson, qui a présenté «   l’histoire du paternalisme dans une grande maison de champagne au XIXe  siècle, Veuve Clicquot   », et Camille Saintives, qui a écrit «   dispersion et polarisation des préférences en matière de champagne   ».
• Pour tout renseignement : www.villabissinger.com

Le soutien du CESR

L’assemblée du conseil éco-nomique et social régional (CESR) a adopté à l’unanimité le vœu apportant son soutien à l’association Paysages du champagne – Unesco. Il entend ainsi «  saluer le triple souci de préserver un patrimoine exceptionnel dans sa diversité, de favoriser son développement harmonieux et durable et de préparer l’avenir dans le respect de l’identité de ces paysages et des populations concernées présentes et futures  ». Le président du CESR, Patrick Tassin, a transmis ce vœu au président de l’association Paysages du champagne, Pierre Cheval.



Haut de page